lundi 5 juin 2017

Quand viendra la prochaine crise ?


Pas de crise majeure depuis 2008

Les années 2000-2010 ont été frappées par deux crises majeures en 2001 et en 2008 qui ont vu s'effondrer les valorisations boursières sur tous les continents. Si la période 2010-2020 se termine sans un même effondrement, on aura vécu des rares décennies vierge de toute crise majeure (rappelons 1973,1987,1997,2001,2008).

Bien sur, au niveau européen, nous avons vécu la crise de la dette souveraine à l'été 2011, mais en ce mois de juin 2017, toute la crainte liés à ces événements s'est vaporisée sans laisser de trace.

Contrairement à la décennie précédente, il est vrai que nous n'avons semble-t-il pas vécu de période d'euphorie qui sont souvent annonciatrices de complications à venir. Cette phase de croissance de 2009 à 2017 s'est réalisé dans un pessimisme diffus. Pas exubérance des marchés donc.

Pourtant, voir cette décennie se clore sur une phase de hausse continue serait inhabituel et surprenant alors que de plus en plus d'éléments pointent vers un retournement de marché selon les normes historiques.


Pour l'instant, pas de panique, l'échéance semble repoussée par les gros acteurs du marchés, mais les nuages s’accumulent.

Des valorisations contrastées

SP500 vs World ex USA

Vu de France, il faut reconnaitre que l'absence de crise a été une occasion de se réjouir toute relative. Les indices actions de la plupart des zones du monde n'ont pas récupéré de la crise de 2008. Aux US par contre, le S&P 500 est à plus de 80% du niveau qu'il avait avant la crise. Par rapport au point bas de février 2009, le S&P 500 à plus que triplé.

Une hausse qu'on peut difficilement mettre en rapport avec la croissance des bénéfices des sociétés, si on regarde le CAPE du marché américain est passé de 15 au pire e la crise à 29.86 actuellement, une hausse au delà du seuil de 27.6 qui ne présage rien de bon pour la décennie à venir...

Un chiffre qui est d'autant plus élevé, qu'il doit être mis en rapport avec le niveaux des taux d’intérêts actuellement en vigueur qui sont historiquement bas.

Shiller CAPE


Un autre point à prendre en compte concernant l'évolution des actifs US, c'est que les flux de capitaux étrangers vers les marchés américains est toujours très soutenu à 487M€ au Q4 2016 soutenant des valorisation élevées.

Tout cela pointe vers une stagnation des actifs américains et pas un effondrement. Si effondrement il y avait, il devrait venir d'un événement géopolitique, mais il est difficile de voir lequel, les banques sont bien gardées par les agences réglementaires, un impeachment de Trump ne parait pas de nature à dérailler le cours des actions, et la guerre avec la Corée du Nord parait improbable...

Quel que soit la possible évolution des marchés américains, on pourrait d'ores et déjà aller chercher la croissance ailleurs, si il ne demeurait la crainte que le pessimisme ambiant sur le marché US  ne se répercute sur les autres blocs économiques (Asie, Europe, moyen orient). Dés lors il n'y aurait nulle part ou se cacher dans les mois à venir.

Ce sujet ne risque pas de continuer à alimenter la reflexion de ce bog. Stay Tuned for further developement...








Newsletter

Vous voulez suivre ce blog ?

Saisissez votre adresse email :

Flux RSS