samedi 16 décembre 2017

Investir du temps dans ses placements, ou investir dans sa carrière ?

 Gérer soi même son argent ?

Meb Faber
Je lis toujours avec beaucoup d'intérêt Meb Faber. Il a écrit de livres que tout le monde devrait lire comme Global Value: How to Spot Bubbles.

Il y a quelques mois, il avait posté un article arguant que tout temps passé à augmenter le rendement de son épargne était moins bien employé que le temps passé à faire avancer sa carrière. Son raisonnement était le suivant : A moins que votre portefeuille ne soit disproportionné par rapport à votre salaire, c'est du temps perdu d'investir dans sa gestion. Si nous reprenons l'exemple donné dans son article, imaginons que vous gagniez 50 000 $,  et que la valeur de votre portefeuille atteigne 100 000$, si vous investissiez 8h de votre temps par semaine dans votre processus d'investissement, il vous faudrait gagner plus de 10% par an de rendement pour que cet effort vaille votre temps. Pour 100 000 $ de revenus, le rendement à atteindre serait de 20%, etc. Ces rendements ne sont pas réalistes!
Meb Faber en arrivait à la conclusion, qu'il valait mieux confier la gestion de son argent au gestionnaire d'un fonds indiciel, et l'oublier pour la suite. C'est un argument que j'ai déjà entendu, et qui est tout à fait valide. Sans ce raisonnement en fait, on verrait beaucoup plus de gens quitter leur emploi pour faire du trading, ce que l'on sait par ailleurs être rarement une bonne idée.

vendredi 15 décembre 2017

Portefeuille ETF au vendredi 15 décembre 2017: Celui ou on parle d'investissement paresseux

Ne soyons pas paresseux !

J’entends beaucoup parler de Lazy Investing, ou de portefeuille permanent, et globalement, je salue cela comme une amélioration. Pendant des années, le monde de l’investissement a été punitif pour les petits épargnants, avec des banques vendant des produits maisons avec des frais exorbitants, inadaptés aux besoins des investisseurs, et  pilotés par des gérants qui font des prédictions selon leurs humeurs. C’est à cette faune la que les adeptes de l’investissement ETF s’attaquent et c’est une bonne chose. Il est vrai que le fait de placer son argent sur des supports diversifiés et de contrer le fameux home country bias,et d’investir sur fonds indiciels à faible frais n’a rien de nouveau, Le premier fond indiciel proposé par Jack bogle date de 1976, et le conseil de diversifier ses actifs à travers le monde doit dater du 18eme siècle et de la Compagnie des Indes.

Rien que des bonnes idées donc, mais aussi rien de nouveau sous le soleil.  Le problème c’est que le monde change et que les stratégies qui fonctionnaient par le passé ne fonctionneront plus dans le futur. Depuis plusieurs années, des phénomènes de fond affectent des stratégies qui fonctionnaient par le passé, l’investissement value est en difficulté depuis plusieurs années, le long/short equity est moribond, et la prime de risque des actions sur les obligations, appelée equity Premium se résorbe depuis plusieurs années. Il faut donc aller chercher plus loin pour obtenir les rendements du passé, et n’investir que 1 min tous les mois pour maintenir son portefeuille est un mirage et un gimmick marketing.

jeudi 14 décembre 2017

Portefeuille ETF au jeudi 14 décembre 2017: en préparation de la performance du portefeuille....


Aujourd’hui reporting limité pour cause de travaux en cours….
Dernier
Variation Veille
Variation 5j
Variation 20j
ASI
142.29
1.99 %
3.57 %
-0.80 %
BRE
52.41
0.42 %
3.29 %
1.49 %
CAC
52.91
-0.66 %
0.09 %
1.07 %
CE9
301.26
0.74 %
0.27 %
-0.52 %
DJE
209.0
-0.48 %
1.24 %
4.45 %
GLDM
51.86
-0.25 %
-1.48 %
-6.29 %
INR
16.2
-0.37 %
0.81 %
1.38 %
LEM
10.38
0.78 %
2.06 %
-0.48 %
MSE
34.86
-0.85 %
-0.11 %
0.17 %
MTF
218.34
-0.34 %
-0.78 %
1.79 %
NRGW
269.06
-0.92 %
1.49 %
3.20 %
RIO
17.04
2.16 %
2.10 %
1.91 %
RUS
30.38
-1.20 %
2.22 %
2.67 %
SP5
23.09
-1.03 %
0.83 %
2.90 %
TSX
62.91
-0.13 %
1.04 %
0.90 %
UST
21.43
-0.23 %
1.61 %
1.32 %
WLD
175.07
-0.96 %
0.75 %
1.96 %

Allocation cible


Pour plus d'informations, merci de se reporter à notre méthodologie. Cet indicateur agrège les préférences des algorithmes Momentum, Machine Learning, MDP,CLA et HRP

mercredi 13 décembre 2017

Portefeuille ETF au mercredi 13 décembre 2017: taux directeurs en alerte

Météo des marchés


Hier soir, Doug Jones a été élu sénateur de L’Alabama devant son challenger républicain Roy Moore.  Si la défaite de Roy Moore a été largement saluée par les démocrates et par l’establishment Républicain, les marchés US eux ont réagi à la baisse avec les futures S&P en baisse ce matin, et une baisse du dollar simultanée. Si ces 2 facteurs vont peser sur les cours de nos ETF US, il n’y toutefois pas de risque que cet élection ait un impact prolongé quand la réforme fiscale de Donald Trump a déjà passé le Sénat. Cette victoire augmente considérablement les chances de l’appareil démocrate de reprendre le sénat aux républicains, même si le congrès apparaît comme un objectif difficile.
Ce matin, les marchés sont aussi dans l’attente des résultats du prochain meeting de la FED, qui sera le dernier pour 2017 et pour Janet Yellen. Il est largement attendu que ce meeting débouche sur des hausses de taux directeurs.

mardi 12 décembre 2017

Portefeuille ETF au mardi 12 décembre 2017: Elections spéciales en Alabama

Météo des marchés


Aujourd’hui, l’atmosphère des marchés est plutôt calme.  Les indices émergents sont dans le désordre avec la Russie qui s’éloigne du pack ave 2.01% de hausse hier, et 0.98% de hausse aujourd’hui. Tandis que l’Asie est à la peine et entraine le MSCI EM qui perd 0.48% à 13h aujourd’hui. Du coté des commodités, le pétrole est à la hausse suite à un accident sur le terrain en Autriche et s’aventure aux alentours de 65$ le baril. Les métaux sont eux sont à la peine avec le cuivre en tête, tandis que l’or reste stable. Du coté des technologiques, la reprise est amorcée, alors qu’un OPA géante se prépare en France avec l’offre de Atos pour Gemalto.

lundi 11 décembre 2017

Portefeuille ETF au lundi 11 décembre 2017

Météo des marchés


Aujourd’hui, la journée commence plutôt sur de bonne bases, avec des marchés très calme, sur des volumes modérés Dimanche soir, Donald Trump s’est même fendu d’un tweet ventant le chômage au plus bas depuis 17 ans et s’en attribuant le mérite. Cette bonne santé fait monter les chances d’une hausse des taux directeurs par la FED.

Dans la foulée, les marchés asiatiques sont dans le vert après les bonnes nouvelles sur l’emploi et la croissance aux Etats-Unis tombés vendredi dernier. Le Hang-Seng est proche des 30000 points avec un bond de 1.15% ce matin. Tandis que des nouvelles inquiétante sur des enquêtes pour corruption et manipulation en chine sont mises en sourdine. Plus inquiétant, l’inquiétude des investisseurs suite aux soubresauts politiques en Pologne, qui place un nuage au-dessus de notre ETF Amundi Eastern Ex Russia ; dont c’est la composante principale. Ce matin à l’ouverture, le MSCI EM s’arroge donc 0.52%, tandis que la Russie elle est presque stable à 0.37%.

samedi 9 décembre 2017

Portefeuille ETF au samedi 9 décembre 2017: Soft brexit Edition

État des marchés


Hier, Threresa May a accordé de vastes concession à Bruxelles pour sortir de longues négocations dont le risque politique pour elle était plus grand que pour un accord que tous les acteurs considèrent comme sérieusement favorable à l'Europe. Nul doute que la suite des négociations sera identique, et que Europe entame cette nouvelle étape en position de force. 

Pour ce qui est de nos actifs, la semaine a été difficile, même si hier, les valeurs les plus délaissées ont amorcé un retour. On notera l'arrivée surprise de l'Inde en haut du classement cette semaine avec des gains de plus de 2.58%, suivi de prés par le NASDAQ à 1.53%. C'est une surprise, et il faudra suivre avec attention l'évolution de ce BRIC dans les jours à venir.
L'or et les commos, dont le pétrole, finissent la semaine en baisse, mai ne sont pas forcément mal orientés.

vendredi 8 décembre 2017

Portefeuille ETF au vendredi 8 décembre 2017: celui ou on parle d'endettement

De l’obligation de s’endetter jeune, pour investir


Dans ce blog, depuis les premiers articles, je parle de la nécessité de s’endetter tôt. J’ai déjà insisté sur le fait que l’endettement est une bonne chose, mais uniquement pour soutenir des investissements sains, raisonnablement risqués, et que la résidence principale n’en fait pas partie. Encore faut-il respecter certaines conditions. Notamment ne pas passer par la case zéro (source Beyond Markowitz: A Comprehensive Wealth Allocation Framework for Individual Investors):

jeudi 7 décembre 2017

Portefeuille ETF au jeudi 7 décembre 2017, au sujet de la correlation

Notre Objectif: Utiliser la diversification à plein



Aujourd'hui je vais parler de la disparition progressive et annoncée des sources de diversification sur les marchés.

Tout d'abord revenons  au fondamentaux du problème. Quand j'utilise le mot diversification, je suis certain que tous mes lecteurs savent ce qu'est une bonne chose, et qui plus est, je n'ai pas besoin de leur expliquer ce que c'est. C'est le vieil adage, « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier »… mais il n'est pas possible d'aller plus loin sans parler de volatilité et de corrélation. Je ne vais pas vous faire un cours magistral sur le sujet, mais la volatilité augmente avec le carré des variations journalières. Il est considéré que n'importe quel investisseur rationnel, préfère les investissements peu volatiles. Cela n'a de sens que si on accepte que la volatilité est une mesure symétrique par rapport au gains et au pertes. Un actif qui a de folles accélération vers le haut, va avoir de folles accélération vers le bas aussi. Si on accepte ce postulat, et comme tout le monde est averse au pertes, moins de volatilité c'est mieux.

Maintenant, la corrélation : si deux actifs bougent en même temps de la même façon, ils sont corrélés. Ce n'est pas plus compliqué que ça. La corrélation, même si c'est entre deux séries qui vont vers le haut, c'est mal. Pour le comprendre, il suffit de prendre un portefeuille de deux actifs. Si leur corrélation est opposée (-1.), les variations de l'un vont compenser les variations de l'autre, et la volatilité, le risque du portefeuille des deux actifs sera zéro. Son rendement aussi sera zéro. Mais l'objectif, ce n'est pas d'annuler les variations, l'objectifs c'est de garder les fluctuations du portefeuille sous un certain seuil tolérable, et de maximiser le rendement à ce niveau de volatilité là.

Pour illustrer ce propos, voici un tableau mis en place par David Varadi de cssanalytics. On voit dedans la volatilité associée à un investissement dans un portefeuille d'actifs dont la corrélation moyenne varie entre 1 et -1. Si on a une corrélation parfaite entre les actifs de 1.0, alors la volatilité est 10 toujours. Mais si la corrélation moyenne est zéro,  alors avec deux actifs, la volatilité et de 7, avec 10 actifs, la volatilité est de 3, à 100 actifs, elle est de 1.
Ceci étant dit, je reviens au constat précédent, et je le reformule : le niveau des corrélations entre les classes d'actifs ne fait qu'augmenter depuis plusieurs années, ce n'est pas un cycle, et c'est mal. Très mal.

L'exemple classique, c'est les obligations et les actions. Avec les etfs, il n'a jamais été aussi facile que d'investir dans les obligations. Maintenant, les actions ont toujours battu les obligations sur le long terme. Il y a seulement deux raisons pour investir dans les obligations dans ce cas : la volatilité des obligations est moindre que celle des actions, et les obligations sont anti-corrélés avec les actions, donc un portefeuille réunissant les deux est moins risqué. Or voilà, les obligations se comportent de plus comme les actions.

mercredi 6 décembre 2017

Portefeuille ETF au mercredi 6 décembre 2017

Comment comprendre ce portefeuille ?


Depuis plusieurs années, je m'intéresse à la finance quantitative. Chaque fois que je découvre un nouveau sujet, je me demande comment je pourrais en tirer parti pour construire des outils qui m'aident à investir. Avec le temps, j'ai construit un outil de suivi qui me permets de générer un panneau de contrôle. La démarche constitue une approche d'allocation stratégique, ou d'allocation tactique. basée sur des ETF.
La première étape pour profiter des outils que j'ai mis en place, c'est de savoir quels sont les ETF évalués pour mon portefeuille
La seconde étape nécessite de comprendre les algorithmes quantitatifs que j'ai reproduits:

Considérations générales


mardi 5 décembre 2017

Portefeuille ETF au mardi 5 décembre 2017

Comment comprendre ce portefeuille ?


Depuis plusieurs années, je m'intéresse à la finance quantitative. Chaque fois que je découvre un nouveau sujet, je me demande comment je pourrais en tirer parti pour construire des outils qui m'aident à investir. Avec le temps, j'ai construit un outil de suivi qui me permets de générer un panneau de contrôle. La démarche constitue une approche d'allocation stratégique, ou d'allocation tactique. basée sur des ETF.
La première étape pour profiter des outils que j'ai mis en place, c'est de savoir quels sont les ETF évalués pour mon portefeuille
La seconde étape nécessite de comprendre les algorithmes quantitatifs que j'ai reproduits:

Considérations générales

samedi 2 décembre 2017

Mes recommandations de portefeuille ETF au samedi 2 décembre 2017

report

Comment comprendre ce portefeuille ?


Depuis plusieurs années, je m'intéresse à la finance quantitative. Chaque fois que je découvre un nouveau sujet, je me demande comment je pourrais en tirer parti pour construire des outils qui m'aident à investir. Avec le temps, j'ai construit un outil de suivi qui me permets de générer un panneau de contrôle. La démarche constitue une approche d'allocation stratégique, ou d'allocation tactique. basée sur des ETF.
La première étape pour profiter des outils que j'ai mis en place, c'est de savoir quels sont les ETF évalués pour mon portefeuille
La seconde étape nécessite de comprendre les algorithmes quantitatifs que j'ai reproduits:

Prédiction ML sur un horizon 20 jours

Les chiffres affichés pour l'exercice de Machine Learning sont à comprendre comme des prévisions de rendement à 20 jours.

vendredi 1 décembre 2017

Mes recommandations de portefeuille ETF au vendredi 1 décembre 2017

Comment comprendre ce portefeuille ?


Depuis plusieurs années, je m'intéresse à la finance quantitative. Chaque fois que je découvre un nouveau sujet, je me demande comment je pourrais en tirer parti pour construire des outils qui m'aident à investir. Avec le temps, j'ai construit un outil de suivi qui me permets de générer un panneau de contrôle. La démarche constitue une approche d'allocation stratégique, ou d'allocation tactique. basée sur des ETF.
La première étape pour profiter des outils que j'ai mis en place, c'est de savoir quels sont les ETF évalués pour mon portefeuille
La seconde étape nécessite de comprendre les algorithmes quantitatifs que j'ai reproduits:

jeudi 30 novembre 2017

Mes recommendations de portefeuille ETF au jeudi 30 novembre 2017

Comment comprendre ce portefeuille ?


Depuis plusieurs années, je m'intéresse à la finance quantitative. Chaque fois que je découvre un nouveau sujet, je me demande comment je pourrais en tirer parti pour construire des outils qui m'aident à investir. Avec le temps, j'ai construit un outil de suivi qui me permets de générer un panneau de contrôle. La démarche constitue une approche d'allocation stratégique, ou d'allocation tactique. basée sur des ETF.
La première étape pour profiter des outils que j'ai mis en place, c'est de savoir quels sont les ETF évalués pour mon portefeuille
La seconde étape nécessite de comprendre les algorithmes quantitatifs que j'ai reproduits:

mercredi 29 novembre 2017

Mes recommandations de portefeuille ETF au mercredi 29 novembre 2017

Comment comprendre ce portefeuille ?


Depuis plusieurs années, je m'intéresse à la finance quantitative. Chaque fois que je découvre un nouveau sujet, je me demande comment je pourrais en tirer parti pour construire des outils qui m'aident à investir. Avec le temps, j'ai construit un outil de suivi qui me permets de générer un rapport. La démarche constitue une approche d'allocation stratégique, ou d'allocation tactique, basé sur des ETFs.
La première étape pour profiter des outils que j'ai mis en place, c'est de savoir quels sont les ETF évalués pour mon portefeuille.

mardi 28 novembre 2017

Mes recommendations de portefeuille ETF au mardi 28 novembre 2017

Construction du portefeuille au mardi 28 novembre 2017

Quel sont les choses à savoir pour comprendre ce portefeuille ?

Depuis plusieurs années, je m'intéresse à la finance quantitative. Chaque fois que je découvre un nouveau sujet, je me demande comment je pourrais en tirer parti pour construire des outils qui m'aident à investir. Avec le temps, J'ai construit un systéme complet d'aide à la décision. Dont je donne les résultats dans ce post.
La première étape pour profiter des outils que j'ai mis en place, c'est de savoir quels sont les actifs évalués pour mon portefeuille que je désigne par leur tickers, ce que vous pouvez faire ici:

dimanche 26 novembre 2017

Les 10 leçons financières que j'aurais aimé recevoir avant de me planter....

Avec l'expérience, il est facile de s'apercevoir que tout au long de sa vie, on commets des tonnes d'erreurs financières dont on se rend compte bien trop tard.
A ce moment là, on aurait aimé avoir eu quelqu'un pour vous donner le bon conseil en temps et en heure, même si la réponse à nos problèmes est toujours là, à portée de main: c'est juste qu'on a une vision trop limitée pour s'en rendre compte.

Bien sur, tout n'est pas noir dans mon parcours, mon éducation m'a quand même inculqué quelques bons principes. Je n'ai jamais dépensé de d'argent pour impressionner la galerie, pas de BMW ou de montre en or pour moi. J'ai aussi toujours économisé une part importante de mon salaire. Mais si j'avais su placer et gérer cet argent, je me trouverais maintenant dans une bien meilleure situation.
Voici donc les dix leçons que j'aurais du recevoir avant d'entamer ma vie d'adulte:
  1. Mettre son argent dans un livret, ou dans fonds euros d'assurance vie, ce n'est pas investir. Il n'y a pas de rendement sans risque. Il est super important d'apprendre aux adolescents ce que c'est qu'une action, une obligation ou OPCVM et comment se protéger contre le risque associé.
  2. Mes parents aurait du m'ouvrir un compte titre action ou un PEA dés que possible, pour que je commette le plus tôt possible toutes les erreurs de débutants. Après un certain âge, on paye trés cher toutes ses erreurs.
  3. Investir tout son argent dans sa résidence principale, n'est dans aucun cas une bon investissement sur le long terme. Cela a pu le paraître par le passé, car quand on gagne de l'argent avec la plus-value, il est difficile de savoir ce qui relève de la chance et ce qui relève de la bonne gestion. En réalité tous les bons investissements doiven produire un revenu,   une rente ou des intérêts. Acheter une résidence principale, c'est bloquer une grande partie de son capital.
  4. Faire trainer ses études ou faire un break n'est pas une bonne idée. Pour se constituer un capital, il est impératif de commencer le plus tôt possible de d'être méticuleux et patient. Partir se ressourcer pendant un an en Patagonie, c'est quelque chose que l'on doit faire, quand on et déjà parfaitement confortable financièrement.
  5. Le monde financier n'a que récemment commencé à offrir des produits financiers à faible coût. Des années 80 aux années 90, tout les placements financiers étaient écrasés par des frais exorbitants, sur les assurances vie, sur les OPCVM, sur les ordres boursier, sur les cartes bleues, sur les actions financiéres... Encore maintenant, il est possible de payer bien trop chers des produits financiers ijneptes. Tout les investisseurs doivent se tourner vers les ETF, et vers les acteurs du marché qui ont les frais les plus compétitifs du marché.
  6. Lorsque l'on achète son premier logement, il est particulièrement difficile de faire un achat de raison. On se retrouve toujours à payer trop cher, à ne pas savoir négocier, à payer des frais d'agences exorbitants, à avoir des prêts peu compétitif. Il faut l'expérience pour être exigeant et prendrele risque de négocier sans lâcher de leste.
  7. On ne passe jamais assez de temps à rechercher une bonne affaire. On recommande souvent de n'investir que dans les choses que l'on connait, aussi bien en immobilier qu'en finance, mai souvent il faut aller chercher plus loin pour trouver quelque chose qui en vaille la peine. A l'époque ou j'ai commencé à investir dans l'immobilier,  il n'était pas impossible de trouver des villes u il était possible de monter des opérations "blanches" avec des cash flow positifs dé la première année. Ces opportunités n'existent plus maintenant.
  8. Je suis un ingénieur de formation, mais chaque fois que j'aurais pu saisir l'innovation technologique et investir dans les start-ups du futur, je suis arrivé trop tard ou j'ai été trop sceptique.  Investir à l'introduction en bourse de  Google ? oh non, c'est trop sur-évalué de toute façon. Les bitcoins ? C'est un gadget, ca n'ira jamais nulle part... On reviens au point 1, il faut prendre des risques, dire non à tout ce qu'on ne comprens pas c'est une mauvaise idée.
  9. Lorsque j'ai commencé à rechercher un emploi, il m'a fallut un temps fou pour me faire accepter. Je n'étais vraiment pas familier du monde de l'entreprise, et je me suis fait exploiter ehontément avant de commencer à m'en sortir. Je pense que le truc le plus important c'est savoir se vendre. Si il n'y a qu'une chose à savoir c'est celle-la.
  10. N’hésitez pas à vous endetter si c'est pour investir. Quand on commence dans la vie, il est absolument nécessaire de s'endetter pour arriver à quelque chose. Mais ne faites cela que si vous avait pris tout le temps nécessaire pour rechercher l'investissement qui est fait pour votre situation. Bien rechercher les opportunités c'est super important. Si o fait une erreur c'est trés rare d'avoir une seconde chance. ECOUTEZ LES CONSEILS.

Voila, c'est la liste de tous mes regrets financiers.  Si vous voyez d'autres conseils...

samedi 22 juillet 2017

Lien : Est-ce que les foncières sont elle réellement diversifiées par rapport aux actions et obligations ?


Larry Swedroe
Un auteur que j'aime beaucoup, en dehors de Meb Faber, est Larry Swedroe. Je trouve que ses articles sont toujours passionnants et très bien documentés.

Le dernier article en date appelé "REIT aren't special" ne déroge pas  la règle.

Il répond à la négative à la question:  Est-ce que les foncières cotées ou SCPI (REIT aux Etats-Unis) sont réellement indépendante des marchés actions et obligation ? Bonne Lecture!

dimanche 9 juillet 2017

Mon portefeuille PEA et PEA-PME

Salle de marché

Mon portefeuille PEA et PEA-PME



Je n'ai pas par contre parlé de mes portefeuilles de Small Caps françaises basé sur des screens value ( Piotroski score, Greenblatt score, Allen EM, Altman ratio...). Il s'agit d'un portefeuille récent, que je reconstruit après l'avoir vidé pour cause d'achat immobilier.

Je m'étendrai un autre jour sur ma méthodologie de sélection de titre. Aujourd'hui je donne juste la composition de mon portefeuille.

Je ne fais de toute façon pas beaucoup de changement sur sa composition donc sa mise à jour sur ce blog devrait être peu fréquente:
Portefeuillle PEA-PME
J'ai vendu récemment Manitou et Keyyo.

samedi 8 juillet 2017

Ralentissement passager ou crise prolongée ?

marché action
Lors de mes précédent articles, intitulés
Quand doit on commencer à se préparer pour la prochaine crise ? et Quand viendra la prochaine crise ?,  j'avais envisagé des scenarios ou les marchés actions subissaient un revers. Depuis le CAC 40, a subi une baisse de 5.6% entre son plus haut récent de 5431 points et son niveau actuel à 5145 points, tandis que le MSCI world perdait 3.3% (valeur en euro) porté encore et toujours par le marché américain.

Paradoxalement, cette correction est causée par une amélioration de l'économie: plus l'économie réelle va bien, plus les banques centrales resserrent leur politique de quantitative easing, refroidissant les ardeurs des acteurs de marché. Les taux américains sont attendus en hausse en direction de 3%, en contredisant peut-être ceux qui attendaient que les taux ne montent ne montent que progressivement.

On parle de "normalisation" des politiques de banques centrales, vers un arrêt définitif des politiques d'achat de titres et une réduction du bilan des banques centrales.

Les investisseurs sont pris dans un étau: Les taux montent, donc les prix du marché obligataire baissent, les détenteurs de dettes long terme sont défavorisés, mais les émissions de titres et les prêts aux particuliers deviennent plus attrayants. Parallèlement, la croissance repart, le chômage baisse, la consommation augmente, les entreprises génèrent plus de chiffre d'affaire, et le rendement de dividende des titres actions augmentent.

Si la dette est plus chère, les entreprises vont avoir recours au marché action pour lever des capitaux, diluant les valorisations de titres. Mais si l'inflation reprend, les titres obligataires verront leur rendements réels passer sous ceux des marchés actons.

On voit bien que pour dérailler cette dynamique, il suffit que la tendance sur l'économie réelle fasse une petite pause, et les marchés taux vont phagocyter les marchés actions.

Comme les actions sont actuellement très chères (surtout sur le marché américain), on voit les forces compressives qui se profilent pour les marchés pour l'été. Quand au risque géopolitique, disons que les marchés ont pour l'instant appris à les ignorer.

Rien de trop inquiétant pour l'instant. Je vais juste entamer un petite phase d'accumulation de liquidités en attendant que tout cela se tasse. J'aurais des munitions à envoyer à la rentrée ou pour Noël. Nul doute que de nombreux intervenant feront de même, la fin de l'été sera peut-être intéressante.











samedi 17 juin 2017

lien: Guide JP Morgan pour le Big Data et le Machine Learning

Juste un petit lien vers un document de JP Morgan, qui se lit comme un guide sur le Machine Learning  et le big data: ICI (attention gros document!!)

samedi 10 juin 2017

Quand doit on commencer à se préparer pour la prochaine crise ?

Dans le précédent article, j'avais évoqué l’imminence probable d'un retournement de marché dans les années à venir.
Entre temps, rien à signaler, rien n'a vraiment bougé et pourtant on ne peut pas non plus vraiment dire que tous les voyants économiques soient passés au vert ou que le risque géopolitique ait disparu.

Pour autant, doit-on sortir progressivement du marché à l'approche de potentielles baisses ?

Dans la littérature, déterminer les points hauts et les points bas du marché s'appelle le market timing. Et le problème c'est que cette pratique est théoriquement impossible. 

D'abord La théorie de l’efficience des marchés nie la possibilité d'avoir accès à des informations privilégiées qui permettraient de prédire les marchés. Les prix des actifs sont des processus stochastiques donc imprévisibles.

D'autres raisonnements statistiques rejettent cette hypothèse par ce que sortir du marché réduit le nombre de jours activement investis ce qui empêche de bénéficier des meilleurs jours des marchés:
Do investors obtain their long term returns smoothly and steadily over time, or is their long term performance largely determined by the return of just a few outliers? How likely are investors to successfully predict the best days to be in and out of the market? The evidence from 15 international equity markets and over 160,000 daily returns indicates that a few outliers have a massive impact on long term performance. On average across all 15 markets, missing the best 10 days resulted in portfolios 50.8% less valuable than a passive investment; and avoiding the worst 10 days resulted in portfolios 150.4% more valuable than a passive investment. Given that 10 days represent less than 0.1% of the days considered in the average market, the odds against successful market timing are staggering.
Un argument vivement rejeté par d'autres auteurs, qui arguent du fait que les fameux 10 jours les plus positifs et 10 jours les plus négatifs surviennent aux même moments qui correspondent aux crises du marché, un argument qui est appelé volatility clustering an anglais.

Suivant cet argument, les investisseurs prudents devraient sortir des marchés à l'approche des pics de volatilité, ce qui peut sembler paradoxal vu que les jauges de volatilité sont actuellement au plus bas.

En fait, l’investisseur se voit offrir deux choix, sortir avant que la volatilité ne soit trop haute, ou entrer directement après qu'un pic de volatilité ait été réalisé.

Une des façon de prendre le large avant que la volatilité ne prenne le dessus, c'est de s'astreindre à une stricte discipline de Trend Following. Ce qui sera  le sujet de mon prochain post.



lundi 5 juin 2017

Quand viendra la prochaine crise ?


Pas de crise majeure depuis 2008

Les années 2000-2010 ont été frappées par deux crises majeures en 2001 et en 2008 qui ont vu s'effondrer les valorisations boursières sur tous les continents. Si la période 2010-2020 se termine sans un même effondrement, on aura vécu des rares décennies vierge de toute crise majeure (rappelons 1973,1987,1997,2001,2008).

Bien sur, au niveau européen, nous avons vécu la crise de la dette souveraine à l'été 2011, mais en ce mois de juin 2017, toute la crainte liés à ces événements s'est vaporisée sans laisser de trace.

Contrairement à la décennie précédente, il est vrai que nous n'avons semble-t-il pas vécu de période d'euphorie qui sont souvent annonciatrices de complications à venir. Cette phase de croissance de 2009 à 2017 s'est réalisé dans un pessimisme diffus. Pas exubérance des marchés donc.

Pourtant, voir cette décennie se clore sur une phase de hausse continue serait inhabituel et surprenant alors que de plus en plus d'éléments pointent vers un retournement de marché selon les normes historiques.

dimanche 4 juin 2017

Lien: Data Machina une des meilleures sources d'informationn sur le machine learning

Data Machina Machine learning
Juste un petit lien pour porter à votre connaissance, une liste de diffusion hebdomadaire dédiée au machine learning qui propose des articles intéressants sur plain d'aspects. Il s'agit de Data Machina.

samedi 3 juin 2017

Comparaison du taux d'impot sur le revenu entre la france et l'allemagne

Comparaison de l'imposition en France et en Allemagne

L'autre jour, je regardais le JT de Pujadas sur France 2, et le journaliste François Lenglet (ou peut-être Laurent Desbonnet ?) parlait des taux d’imposition sur le revenu en France et en Allemagne. Selon lui, les taux d'imposition en Allemagne n'était pas plus élevés en France qu'en Allemagne, mais selon son analyse, les contribuables allemands étaient sollicités à des niveaux de revenus plus bas, c'est à dire que le seuil d'imposition était plus bas en Allemagne.
En citant l'article plus haut:
Si on ajoute à cela, la CSG et la CRDS qui sont prélevés directement sur toutes nos fiches de paie. On arrive à 8,8%", indique le journaliste. Ce qui est un peu plus élevé qu'au Royaume-Uni (8,7%), mais c'est moins qu'en Allemagne (8,9%) ou en Belgique (12,!%). Dans ces pays, l'impôt sur le revenu pèse donc plus lourd sur les contribuables.

Cette conclusion m'avait frappée à l'époque, car je n'avais pas rafraichi ma mémoire sur ce sujet, et dans mon esprit l’impôt en France était beaucoup plus élevé qu'en Allemagne à cause de notre couverture sociale.

Le barème progressif de l'impôt


Le raisonnement de ces journalistes se base sur la comparaison des barèmes d'imposition directe entre la France et l’Allemagne.
Bareme d'imposition france allemagne
Comme on peut le voir dans le graphe ci-dessus, si on se réfère uniquement aux barèmes, l'imposition démarre plus tôt en Allemagne à 7664 euros contre 9710 euros en France. Et effectivement, à partir de 150 000 euros de revenus, le taux d'imposition de 45% est le même dans les deux pays, ce qui pourrait laisser penser que le poids d'imposition est le même pour les deux pays pour les hauts revenus pour le moins.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles ce raisonnement est incomplet. Tout 'abord, tous les abattements familiaux et niches fiscales sont très différente dans les deux pays. Ensuite, il y a d'autres prélèvements que l’impôt sur le revenu qui doivent être comptabilisés dans l’impôt total, notamment indirects (TVA), mais pas seulement (ISF, taxe fonciere, habitation...). Dans certains cas, on paiera plus d'impôt en France, dans d'autres cas, plus en Allemagne.

Pour mieux voir le poids des impôts, plutôt que de regarder le barèmes qui en soit ne donnent qu'une partie du problème, Il vaut mieux regarder une métrique pus globale, à savoir la collecte totale d'impôt rapportée aux PIB national.

Ces chiffres sont disponibles et calculés régulièrement, la commission européenne offre tous les ans un rapport à ce sujet.

Imposition allemagne France
On a une différente image de l'imposition en France pour le coup ! La France a une imposition totale à 45% du PIB pour seulement 37% pour l’Allemagne. Globalement, l'imposition de la France n'est dépassée dans l'UE que par celle du Danemark....

Comment expliquer qu'alors que l’impôt sur le revenu semble presque le même entre les deux pays, il y ait une telle différence entre les deux taux globaux d'imposition ? En fait, l'impôt sur le revenu ne constitue qu'une petite partie des contributions directes, en effet, en citant le rapport:
In most Member States, social contributions account for a much greater share of labour taxes than the personal income tax.
On voit que l'imposition sur le revenu ne constitue que la part congrue de l'imposition sur le travail:

Part de l'impot sur le revenu dans l'impôt global sur le travail
Ce sont bien les charges patronales qui pèsent le plus lourd sur la collecte d'impôt sur le travail.

Autre point de différence, les taxes sur la propriété (Taxe Foncière, ISF, plus-value immobilières, droits de succession) qui en France est bien plus punitive qu'en Allemagne:

taxe sur la propriété France Allemagne
Donc, par rapport à la France, L’Allemagne offre des charges patronales et un impôt sur la propriété considérablement réduit. Quand à la collecte supérieure de la France, a quoi est-elle utilisée ?

utilisation Impot
La réponse bien sûr est que a collecte d'impôt bien supérieure en France est utilise à des fins sociales: Sécurité sociale et pensions et retraites.





samedi 27 mai 2017

Lien: Siraj Raval Activation function

Juste un petit lien: La dernière vidéo de Siraj Raval. Encore une fois une vidéo claire et très intelligemment faite.

jeudi 25 mai 2017

Diversifier ver les small-caps

Actions Small Caps

Victime de la mode: Pourquoi les particuliers sont toujours attirés par les Méga Caps

J'ai remarqué depuis longtemps que les particuliers, lorsqu'ils prennent position sur le marché action, ont tendance à privilégier les titres qui sont liés à une marque ou une image publique.
La grande puissance des marques et des grands groupes tient au fait qu'il sont familiers et rassurants pour le grand public, ce qui attire aussi les investisseurs.

Par exemple, quand une entreprise américaine achète du temps d'antenne lors du Super Bowl, le titre de cette entreprise profite d'un effet positif qui se poursuit jusqu’à 20 jours après la diffusion du stock publicitaire.

Si vous faisiez un sondage dans votre entourage sur les entreprises les plus à même de survivre et prospérer à l'avenir, vous recevriez toute une liste de grosses entreprises bien connue du grand public, Danone, Société Générale, bnp paribas....

Pourtant, les plus grandes entreprises n'ont jamais apporté un avantage pour l'investissement dans le marché action, au contraire, on sait depuis des années que les petites entreprises ont en moyenne un avantage sur les méga-caps sur le long-terme. Les travaux séminaux sur ce sujet ont rapporté en 2013 un prix Nobel aux chercheur Eugene Fama, auteur avec Kenneth French, d'un modèle à 3 facteurs
qui distingue un facteur SMB (Small Minus Big)

Bien sur, cette attractivité doit être contre balancée par d'autres considérations. D'abord, sélectionner des Micro Caps nécessite un investissement en recherche et analyse substantiel qui n'est pas à la portée de tout les investisseurs. Ensuite, les plus grands rendements des petites capitalisations doivent être vus comme une compensation de risques financiers plus importants (faillite, concurrence, mauvaise gestion...)

Pour illustrer cette assertion, comparons le rendement de l'indice des plus grosse capitalisations française le CAC 40 et un indice de capitalisation plus vaste, contenant des valeurs plus petite, le CAC All Tradable (ex SBF 250). Sur 20 ans, le CAC 40 a subi une hausse de 106.3 %, tandis que sur la même période, le CAC 40 All Tradable lui gagnait 142,5%.

CAC 40 All Tradable (SBF 250) vs CAC 40

 

samedi 20 mai 2017

Impact de Trump sur les marchés actions

Trump stupide

Encore Trop tôt pour parler d'impeachment

La nomination de Robert S. Mueller III au poste de procureur spécial (special counsel) est loin de marquer la fin de l'administration Trump à la maison blanche.

Le président des États-Unis dispose d'une immunité de fait contre toute procédure judiciaire. Si le procureur spécial vient à recommander que des charges soient retenues contre le président,  ceci ne garantit pas a destitution. En effet, l'impeachment est un processus politique et non criminel. Pour amener une destitution en faveur du vice président, il faut une majorité au congrès, et une super-majorité au sénat (2/3 des 100 sénateurs).

Pour obtenir ce consensus politique qui outrepasse les camps partisans actuellement en place, il faudra que le procureur spécial construise un dossier d'accusation solide, ce qui vu l'étendue de la conspiration prendra plusieurs mois, voir plusieurs années. Et encore, même si les charges sont très lourdes et incriminantes pour Trump, il ne faut pas s'attendre à ce que les congressistes républicains  s'opposent au président avant que sa popularité auprès des voteurs républicains n'aie considérablement diminuée.

Les conséquences d'une enquête longue et difficile


probabilité destitution donald trump

D’après les dernières nouvelles,  l'enquête du procureur spécial devrait pouvoir émettre ses premières assignation à comparer (subpoena en latin: terme légal en usage aux USA) dans les jours à venir, et ce de manière répétée pendant une longue période, ce qui devrait entretenir encore plus l'incertitude politique qui pèse sur les États-Unis actuellement.

Alors que l'acte de destitution en lui-même est sujet à des interprétations vastement divergentes  suivant le point de vue (nous y viendront...), l'incertitude a toujours coïncide avec des performances sub-optimale pour les marchés action. Cette approche liant le risque politique et la performance des marchés actions a longtemps été promue par l’économiste et prix Nobel Robert Shiller. Sur cette base de nombreux index de l'incertitude politique ont été construits. A terme, une hausse des indices d'incertitude politique est associée à une baisse des niveaux des indices actions.

Sur le court et moyen terme  donc, rien de bien folichon à attendre du marché US. Qu'en est-il de l'impact de la destitution le jour ou elle survient ? 

Tout d'abord, comme pointé assez correctement par cet article de Time Magazine, il est impossible de tirer un parallèle entre le contexte du scandale Russe et le Watergate, le contexte économique est complétement différent, et notre façon de réagir à un monde qui évolue aussi.


Ne jouez pas à la roulette russe...


De toute façon, faire un pari sur l’évolution politique de cette crise constitutionnelle, c'est jeter les dés et attendre le résultat. A moins de disposer d'informations confidentielles, c'est un exercice qui est l'opposé de celui que doivent mener tous les investisseurs lorsqu'il doivent faire leur choix d'allocation.

Je recommanderai pour ma part à tous ceux qui ont construit leur portefeuille pour inclure une part substantielle d'actions américaines de se reporter sur des actions européennes ou même sur des obligations. (note: cet article de Bloomberg ne modifie pas pour l'instant mon analyse)

Trump est la plus mauvaise chose qui nous soit arrivé depuis le Brexit. On peut espérer que sa destitution permette d’effacer tout le mal qu'a causé cet individu, mais par précaution il vaut mieux se préparer au pire.








samedi 6 mai 2017

Lien : Are humans too cognitively limited to be effective citizens in the modern world?

 https://aeon.co/essays/the-complexity-of-social-problems-is-outsmarting-the-human-brain


https://aeon.co/conversations/are-humans-too-cognitively-limited-to-be-effective-citizens-in-the-modern-world

MacronLeaks: Une stratégie contre-productive ?

Flux de conscience sans forme ni structure:
Poutine MacronLeaks
A l'heure ou je vous parle, tous les réseaux souverainistes de droite se réjouissent de l'intervention d'un pays étranger dans le paysage politique Français.

C'est mesurer la confusion ambiante, que de s'étonner de voir l'influence de l’Allemagne tellement critiquée alors même que la Russie et l’Amérique alt-right se voient plébiscitée.

Fake news et отдел агитации и пропаганды avance main dans la main, bouche à bouche, indissociables. Drôle de ligne de front....

Trump poutine le pen

Comment résister à la propagande ?

Pourtant la campagne de désinformation mondiale à laquelle nous assistons aujourd'hui, peut paradoxalement être vue comme un signe d'impuissance. Ces documents  ne convainquent que seuls qui veulent y croire, personne n'en ignore la source et l'intention.

Quand #MLP, propage la rumeur des comptes offshore, dans la seconde qui suit personne n'en ignore la source, et ceux qui la diffusent eux-même n'y croient pas. Ils cherchent en vain sur le marché de la crédulité des preneurs, amis personne n'en est à ce point là. Quant personne ne croit à une rumeur pa même ceux qui la propagent, on est plus dans le rituel et la croyance magique et moins dans l'action politique. En fait, on se réconforte les uns les autres au sein de gens qui nous ressemblent et les coups n'arrivent pas à percer les ligne de front.

On me pointera la victoire de Trump comme illustration du succès de ces campagnes. Mais alors même qu'une élection était renversée, on est revenu au point de départ. Les croyances se répartissent suivant les lignes de clivage politique. Ou sont les démocrates trompés
colonnes: (Total, Rep, Dem, Ind)
Sondage trump russie
Ce que je veux dire, c'est que les seuls convaincues par ces fake news, sont ceux qui sont déjà convaincus.

Qui se sent menacé ?


Effet paradoxal, dans la mondialisation, tout le monde se sent menacé. Uniformément, tout le monde craint que son mode de vie, ses traditions doivent disparaître.

En Turquie, le mode de vie et les traditions musulmanes des classes rurales se sent menacé par le mode de vie occidental, par la liberté sexuelle, par l'homosexualité par le christianisme. En Europe, la liberté de mœurs, la laïcité, la tradition chrétienne se sent menacée par le spectre de l'expansion des valeurs de l'islam. Les deux peurs se regardent en mirroir exact reflet l'un de l'autre.

Partout les campagnes jugent les villes, Babylones ou toutes les perversions tous les outrages deviennent possibles, toutes les unions mixtes, toute les désacralisations.  Aux États-Unis, les texans regardent les new-yorkais. En France, les provinciaux regardent les parisiens. En Russie,  les classes populaires et rurales regardent les intellectuels des grandes villes. En inde, les paysans regardent la liberté des villes et rejettent le mode de vie à l'occidental.

Le monde est en transformation, les modes de vie se mélangent et partout au lieu d'une dilution, on observe un renforcement identitaire.

Plus le monde s'apprête à changer, et plus tout le monde freine des quatre fers....

L'argent confronte la dictature de la médiocrité, la majorité critique la dictature de l'argent avec comme chef d'orchestre les rois de l'argent.









lundi 1 mai 2017

Dividend Aristorats ?

Des dividendes en veux tu en voilà

bourse actions diviendesAlors que dans le contexte actuel des élections françaises, les dividendes ne sont pas très aimés.

Chez les investisseurs, en ce moment, les stratégies Dividends Aristocrats et autres Dividend Growth  font fureur.


Je vais maintenant jeter un coup d’œil sur les stratégies axées sur le choix de titres à haut dividendes.

Le contexte

L'engouement pour les dividendes est un engouement par défaut. Alors que les années 80 offraient aux investisseurs des livrets A à des taux de plus de  9%  (avec l'inflation qui va avec il est vrai), les taux de rémunération sont tombés à 0% et ceux de l'assurance vie à peine à plus de 2%. Au même moment, la valeur de l'indice CAC 40 n'a jamais atteint les niveaux d'avant la crise, offrant des rendements très limités aux investisseurs.

Alors que tous les sources de rendement se sont épuisés, les investisseurs se tournent naturellement vers les dividendes, qui lors des décennies précédentes n'avait pas pesé dans leur choix.

Dans ce contexte, les investisseurs ont tendance à percevoir les dividendes comme un revenu sûr. Mais rappelons, que les dividendes sont aussi liés aux cycles économiques que les actions, ils en portent les mêmes risques. Les portefeuilles orienté dividendes ne sont pas moins risqués que les portefeuilles de marché.

Surtout, l'attraction pour les dividendes commence à être un problème en soi. En effet, suite à la ruée des actionnaires vers les dividendes, les valorisations de ces titres sont parties en sucette

Les dividendes ne sont pas gratuits...


Si les dividendes paraissent aussi attrayants, c'est que il 'est pas immédiatement perçu que les distributions de dividendes se font au détriment de la valeur des titres. Pour tout dividende versé, c'est une partie des bénéfices qui n'est pas utilisée pour développer l'activité de l'entreprise. Et en conséquence, pour 1€ de dividende perçu, le titre doit dévisser de 1 €

Qui plus est, la perception des investisseurs est que les dividendes sont stables dans le temps, or rien n'est moins vrai, une entreprise en difficulté ne va pas maintenir son dividende...

Suivant le raisonnement développé par Hartzmark & Solomon en 2016,  si deux titres voient leur prix passer de 5€ à 6€ mais que le second arrive à 6€ en passant d'abord par 7€ puis en versant un dividende de 1€,  l'investisseur qui ne voit que les fluctuations de prix pensera que les deux titres sont équivalents, tandis que l'investisseur qui ne voit que les dividendes considérera que les 1€ de dividende sont un cadeau sans contrepartie.

Les auteurs parlent de 'free dividend fallacy' (en français: mythe des dividendes gratuits).

En allant plus loin, les auteurs notent que les investisseurs institutionnels ou particulier ne réinvestissent quasiment jamais les dividendes dans les titres émetteurs. De sorte que les jours ou beaucoup de versements de  dividendes ont lieu, les titres n'en versant pas sont avantagés.

En tout les auteurs estiment que les investisseurs misant sur les dividendes perdent entre 2 et 4% de rendement annuel dans cet exercice:

Hartzmark & Solomon 2016 dividend fallacy
Et ils ne sont pas les seuls loin de la à pointer ce coût disproportionné des dividendes. Un auteur que j'apprécie particulièrement, Meb Faber, en a fait un de ses sujets favoris. Il estime lui à 3% la perte annuelle associée à une sur-pondération des dividendes.

Les dividendes: des stratégies pas si attractives que ça sur le long terme


Comme pointé par Meb Faber, une stratégie Dividende n'est pas fondamentalement différente d'une stratégie Value.
Mais, pour les raisons comportementales citées plus haut, les dividendes aristocrates sont chers, et leur rendement sont inférieurs au simples stratégies Value. Et ce avant impôt.

Après impôt cette perte pourrait s'élever à 4.5% suivant le degré d'imposition.


 

Newsletter

Vous voulez suivre ce blog ?

Saisissez votre adresse email :

Flux RSS