baniere

jeudi 16 avril 2015

Renforcez-vous sur les actions.

Actions friggit retour sur investissment

Les français comptent trop sur l'immobilier.


L'INSEE publie tous les ans, un état du patrimoine des français, le rapport 2014 est tombé en Juillet 2014.

Pour rappel, en 2012 j'avais décortiqué ce même rapport dans ce post de blog: Immobilier: Le mur.

A l'époque déjà, avec plus de 60% de leur patrimoine investi en actions, les français misait trop sur l'immobilier et trop sur leur résidence principale.

Aujourd'hui, les chiffres du rapport 2014, nous confirment que cette part de l'immobilier continue d'être trop, importante. Ainsi, le patrimoine des français, a peu prés 365 000 euros net,  est toujours constitué à 56% d'immobilier.

Mais attention, cette part contient surtout la résidence principale. Or acheter sa résidence principale n'est pas un placement, c'est une épargne. Quoi que vous en pensiez, acheter pour habiter et acheter pour louer sont diamétralement opposés en terme de politique patrimoniale.

Ce raisonnement est renforcé par un constat:  chez les revenus les plus hauts, sensément plus habiles financièrement et qui correspondent au 1% les plus riches aux US, la résidence principale représente seulement 9% de leur patrimoine.
9% part de la résidence principale dans le patrimoine des plus riches
A l'inverse, cette part est de 63% pour les classes moyennes.
Interrogez-vous sur la place que votre résidence principale prend dans vos investissement...

Cette situation n'est pourtant pas optimale. En effet, j'avais évoqué le sujet précédemment en citant Jacques friggit: Le rendement réel des actions avant impôts est souvent bien supérieur à ce que les gens pensent.

Ne jamais sous-estimer les dividendes


Une action c'est une part d'entreprise, ce qui donne la possibilité de recevoir à intervalles réguliers des dividendes. Lors des périodes de fortes plus-value, quand les titres fluctuent de 20%, les dividendes peuvent sembler négligeables, mais contrairement au plus-values, les dividendes eux sont acquis.

Mieux, ces dividendes peuvent être soit versé en numéraire, soit en titres. Auquel cas, il est possible de renforcer sa position avec les dividendes perçus. On parle de portefeuille dividendes réinvestis.

On devinera que ces portefeuilles titres+dividendes ont des rendements supérieurs à ceux ou les actions ne générerait que de la plus-value. C'est là que nous allons faire référence aux travaux anciens, mais toujours d’actualités de Pedro Arbulu et Georges Gallais-Hamonno.

Il s'agit de La rentabilité réelle des actifs boursiers de 1950 à 1992.
 
Dans ce document, ces deux chercheurs construisent un portefeuille de marché dividendes réinvestis, fiscalité incluse.

En utilisant leur modèle, et les données des indices INSEE sur les titres (un précurseur du CAC 40), ils arrivent au graphique suivant:

Évolution en termes réels des portefeuilles d'actifs  cotés  de 1950 à 1992
La valeur d'un portefeuille de marché de valeur 100 en 1950 aurait atteint  la valeur 1763 en 1992, soit une plus-value de 1663 % (x17 à peu prés), avec un taux moyen annuel de 6.9% par an.

Ce rendement est bien supérieur à celui de l'or ou des obligations. Laisser les actions de coté, c'est négliger le placement le plus rentable depuis 2 siècle.

Sur le même canevas, Jacques Friggit lui était arrivé aux chiffres suivants:

  1. Actions Françaises: Inflation + 6,6 %
  2. Immobilier Paris (sans l'effet de levier): Inflation + 4.8%
  3. Obligations Long terme: Inflation + 3.5%
  4. Obligations Court terme: Inflation +2%
  5. Or: Inflation + 0%

Bien sur, ce rendement va de pair avec un risque plus important, mais sur une période suffisamment longue, la couple rendement risque devient optimal.



Mais attention à l'effet de levier!


Il y a toutefois un point important qui doit être rappelé. 

Dans le système actuel, la seule façon pour un particulier de faire jouer l'effet de levier avec un taux attrayant, c'est le crédit immobilier. A l'heure actuelle, on ne vous prêtera pas d'argent pour miser sur les actions.

Or l'effet de levier a pour effet de multiplier les rendements des investissement. C'est donc un atout de l’investissement immobilier qu'il faut bien prendre en compte.



Newsletter

Vous voulez suivre ce blog ?

Saisissez votre adresse email :

Flux RSS