samedi 23 mars 2013

La grosse arnaque: les enchéres inversées!

Des affaires incroyables! Un iPhone 4 G à 6.85 euros, un macbook à 7 euros, in iPad 2 à 66 euros. Véridique ! Promi Juré ! Une astuce incroyable !

enchères inversées arnaques
Vous avez peut-être vu ces messages sans y prendre réellement gare dans les encarts publicitaires des sites que vous visitez.
Sachez désormais qu'une nouvelle arnaque vient de rejoindre le palmarès des arnaques pourries du net, des fraudes pyramidales aux princes africains, en passant par les méthodes infaillibles de gagner de l'argent sans rien faire ! Ce nouveau concept a pour nom Enchères inversées, et accrochez vous bien car c'est une arnaque bien fourbe... (en anglais Penny Auction)


Mais tout escroc, avant d'être dépendant de la crédulité des gens, est d'abord tributaire de leurs désirs inavoués. Ce désir, c'est de trouver l'affaire du siècle, se payer un objet précieux avec rien... ou presque. Pour piéger les pigeons, les arnaqueurs mettent en place une mécanique implacable que nous allons détailler.


Le principe


Il s'agit d’enchères de différents types.

Le plus courant, dit à offre unique, fait intervenir une mise à prix à 0.0 euros, ou 10 cents, et un compte à rebours pour attirer les internautes piégés. L'acheteur doit alors fait une offre, la plus basse possible, mais attention il doit être seul à miser sur un prix. Si un autre internaute paye le même prix, alors un des deux internautes doit faire une autre offre, a un prix ou il aura l'espoir d'être seul à miser. L'offre unique la plus basse remporte l'objet mis en vente

Avant de pouvoir miser sur le site, il faudra d'abord payer. Les sites d’enchères demandent désormais tous aux internautes d'acheter des crédits. En effet, miser pour un produit n'est pas gratuit, il faut parfois miser jusqu’à deux euros pour pouvoir faire une seule offre.

Certains sont pris dans ce jeu, et perdent des sommes importantes sans espoir de pouvoir emporter l'objet convoité. Le compte à rebours les incite à affiner leur mise régulièrement dans l'espoir de miser correctement.

Si l'on considère qu'un iPhone est vendu au prix public de 675 euros en France, si les offres sont facturées à 1 euros, 2000 offres rapporteront 2000 euros au vendeur, des gains à mettre en rapport avec le prix initial de l'objet.

Le gagnant, lui, est content. Si il paye son iPhone 6 euros, il va aller témoigner de sa bonne fortune et de sa nouvelle combine, dans la section témoignages du site et ailleurs, mais les 1999 autres participants auront perdu les crédits investis dans l’enchère.


"Que dire ? Une fois qu'on maitrise, on comprend que ce n'est pas une arnaque (...) "

Par bien des aspects, ce mode de fonctionnement est proche d'un système de loterie payante et s'assimile à un jeu d'argent de fête foraine. Il s'agit d'un business juteux pour les sites qui s'y essayent.

D'autant plus que ces sites sont souvent amateurs, et qu'ils mettent en place des stratégies clairement illégales:
- Le « shill bidding »: Cette technique consiste à demander à des employés ou à des amis de jouer sur le site afin d’attirer plus de monde sur une enchère.
- Les « bid bots »: Ce sont des programmes qui enchérissent sur plusieurs objets en même temps automatiquement.

D'autres sites font payer des frais de livraisons, quand d'autres ne livrent tout simplement pas le produit remporté... 

Que fait la police ?


La DGCCRF (Direction de la répression des fraudes) a déjà fermé plusieurs de ces sites, mais ils sont désormais de retour, et s'affichent dans les premiers résultats de Google pour les mots clés enchères inversées, ou enchères au centime.

Une communauté encore active se développe sur le net, des sites d'expert d’enchères aux centimes, avec ses forums et ses connivences:
enchère au centime
Le dernier site crée sur ce thème, dont je tairai le nom, a été ouvert en janvier 2013, preuve que c'est un système qui se porte bien.

En toute hypocrisie, les fondateurs du site s'expriment en interview:
" En découvrant le principe d’enchère au centime, nous avons été charmé. Nous avons alors décidé de créer nous-même notre propre site d’enchère au centime. Nous essayons alors de proposer aux utilisateurs ce qui nous a plu. Actuellement, le pouvoir d’achat étant ce qu’il est, nous pensons que ce système d’achat innovant et ludique devrait plaire aux consommateurs autant qu’il nous a plu."
Alors, s'agit il pour les créateurs de ces sites, d'une occasion d'encaisser le pognon (voir capture plus-haut) ou de proposer un système d'achat innovant et ludique ?



PS:  Il se peut que GoogleAd affiche des publicités sur les enchères sur ce site, merci de ne pas cliquer sur ces ads.

Newsletter

Vous voulez suivre ce blog ?

Saisissez votre adresse email :

Flux RSS