mardi 30 octobre 2012

Immobilier: La fin des crédits faciles

L'attribution des crédits immobiliers en chute

Immobilier crédit
LeFigaro vient de rendre publique une étude de l'observatoire Crédit Logement/CSA sur le montant des crédits immobilier accordés par les banques. Voici le lien vers les chiffres originels pour votre appréciation.

Pour résumer, en 2012, sur les 9 premiers mois de l'année, les montants des crédits accordés ont baissés de 30,5% pour le marché global, et même 38,9% pour l'ancien.

Cette donnée est intéressante,  et pas seulement si vous vous proposez d'acheter bientôt. En effet, les prix de l'immobilier ont étés soutenus en grande partie grâce à l’accès au crédit. En 10 ans, le taux d'endettement des francais est passé de 50% à 78%. Si cette tendance venait à se confirmer, son effet baissier serait indéniable. Si en 10 ans les revenus des français ont augmentés de 40%, l'immobilier lui a pris 128%, largement puisés dans les réserves de crédit.

Couplez cela avec les très faible volumes de l'immobilier, qui ne permet plus d'achat-reventes, et on voit que même si la demande est saine, les prix devrait stopper leur hausse, faute de moyens pour les acheteurs.




dimanche 28 octobre 2012

Les comptes à terme

Les comptes à terme: pourquoi je ne suis pas fan.

LeMonde vient de publier un article sur les comptes à terme. Ce sont des comptes à capital garanti offrant un rendement fixe défini à l'avance.

L'avantage de cet formule est que les épargnants très averses au risques sont totalement satisfaits, car non seulement le capital est garanti, mais le rendement aussi.

Dans la pratique, ces comptes souffrent de nombreux désavantages. Leur fiscalité d'abord, qui ne se mesure pas à celle des livrets défiscalisés ou même de l'assurance-vie. Ensuite, tout retrait anticipé entraine des pénalités (ce qui n'est pas le cas de l'assurance-vie) qui peuvent sérieusement écorner le rendement du placement.

Enfin, le fait que les rendements soit fixes apparait comme le défaut le plus saillant de ce type de placements. Les livrets défiscalisés sont indexés sur l'inflation, ce qui en fait d'excellents Hedge. L'assurance-vie est liée au contexte des taux d’intérêt, ce qui peut entrainer des mouvements à la hausse et à la baisse. Mais les taux des comptes à terme restent les mêmes. Dans un contexte à venir d'inflation forte, ces taux seront des boulets dont il sera difficile de se défaire.

Pour information, la cible d'inflation de la zone euro, actuellement à 2% pourrait monter à 4% pour réduire l'impact de la dette.

dimanche 21 octobre 2012

Un petit rappel

Je reprends l'argumentaire que j'ai développé dans mon article Net asset value, pour pointer un apparent paradoxe.

Supposons deux trentenaires, l'un cadre supérieur, disposant de revenus confortables, mettons 50 k€ nets par an, et l'autre, plus modeste, touchant  seulement 25 k€ par an.

Clairement, les niveaux de vie de ces deux personnes seront fondamentalement différents. Néanmoins, si l'un des deux est un investisseur médiocre, n'arrivant à dégager de manière consistante que 3% de rendement annuel, et que l'autre est un bien meilleur investisseur, et qu'il arrive à dégager 6% de rendement annuel. Et bien, notre ami le cadre aura un capital de 1 554 k€ à sa retraite, mais notre ami modeste aura lui 1 573 k€ de capital. A leur retraite, ils auront la même richesse.

vendredi 19 octobre 2012

La presse Française veut faire payer à google un droit de péage !

Google - projet de loi

Un projet de loi est en cours de discussion afin de rémunérer les éditeurs de presse français sur le trafic que Google leur apporte. Ce projet peut sembler surprenant, vu que google constitue jusqu'a 60 % du trafic entrant pour les sites des grands quotidiens français.  Néanmoins, cette polémique fait suite à des controverses identiques en Allemagne et en Belgique.
 
Le modèle actuel pour la presse est une rémunération par la publicité et par des systèmes d’abonnement à du contenu premium.Or ce modéle ce heurte à une dure réalité. Les lecteurs se refusent à payer pour du contenu; Il est très difficile de monétiser la consultation des articles. 

Alors il faut que cela soit Google qui paye. Rappelons que Google ne fait que mettre à disposition ce contenu et qu'il ne se l'approprie en aucune façon. Au contraire, en dirigeant du trafic vers ces sites, c'est lui qui les fait vivre, générant ainsi le trafic publicitaire dont ils vivent actuellement. On se demande si ces grands groupe et l'état comprennent comment marche le Web. Clairement, ils semblent avoir du mal à comprendre que sur le Net, avoir un lien vers un site, c'est rendre service à ce site ! C'est comme si je faisais payer les gens qui lie vers mon site !

Quelle est la prochaine étape ? Me faire payer pour avoir osé faire un lien vers un article de presse ? Et si je parle du contenu d'un article avec un ami, est-ce que je devrais aussi payer ?

Si les groupes de presses voulaient restreindre l’accès à leur contenu, il leur suffiraient de placer ce contenu dans leur sections à accès restreint. Seulement voila, peu de gens sont prés à payer pour cela, et les éditeurs essaient de tirer parti de Google, injustement accusé de tirer des parti de la situation.

Les éditeurs de contenus français sont définitivement désespérés, après s'en être pris au téléchargement illégal, aux plateformes d'échanges de fichier, et au peering, voila maintenant qu'il s'en prenne maintenant au fondement du web, la liberté d’accès à l'information. De manière générale, il y a une volonté des grands groupes français de rendre payant ce qui était gratuit. En tant que citoyen, cette démarche me semble particulièrement dommageable à la circulation de l'information et au débat républicain. Est-ce que nous voulons revenir à un monde ou l'information est filtré par des grands groupes de médias, comme c'était le cas dans les années 80, ou TF1 était la source principale d'information des français ?

Je sens que le débat est en train d'être manipulé et routé sur des questions de modéle économique... Alors que le vrai débat, c'est celui de la gratuité de l'information. Ce que se proposent de faire les éditeurs, si on leur laisse la main libre, c'est de faire payer des droits sur tout et n'importe quoi, et Google se trouve au milieu et il faut donc qu'il subisse cela.

Moi je dis que Google a moins besoin de la presse, que la presse a besoin de Google, et j'enjoins Google à cesser de référencer les articles de presse, et à commencer à me référencer moi. Le trafic que les groupes de presse veut te faire payer Google, redirige le vers moi.

Et ne t’inquiète pas Google, entre nous cela n'a jamais été une question d'argent.

jeudi 18 octobre 2012

Facebook: est-ce le moment d'acheter ?

facebook logo

Une introduction en bourse ratée

Introduit en bourse le 1er février 2012, Facebook a souffert d'une valorisation d'introduction bien trop élevée. A ce jour, c'est encore la plus grosse introduction en bourse avec une capitalisation en bourse de 104 milliards de dollars.

La valorisation de Facebook a fait scandale, générant de tombereaux de commentaires sur la banque d'affaires en charge de son introduction, JP Morgan Chase, ou sur son créateur Mark Zuckerberg.

Il n'en demeure pas moins que Facebook continue d'être une entreprise de tout premier plan qui brasse des milliards d'utilisateurs

Quand Acheter ?


mercredi 10 octobre 2012

Le degré d'endettement des français.

Foreclosure sign

Des niveaux d'endettements sains ?

La question n'est pas seulement académique ou sociale, car l'immobilier est financé partout dans le monde par le crédit.

Lorsque les ménages prennent de la dette, ils peuvent alimenter un marché haussier qui resterait atone si les achats se faisaient au comptant.

Sur ce sujet Paul Krugman vient de publier sur son blog un article sur la courbe d'endettement des ménages américains. Le voici:

dimanche 7 octobre 2012

Portefeuille au rayon X

lien rue89
Pas beaucoup de temps à consacrer au blog, une bonne découverte toutefois, si vous ne la connaissez pas déjà: Rue89.com à une rubrique sur les finances personnelles. On y détaille les finances de gens du commun des plus riches aux plus pauvres.

mercredi 3 octobre 2012

2 liens pour votre soirée

J'aime beaucoup le New York Times. Au début, je trouvais les articles stéréotypés, mais avec le temps, j'ai commencé à repérer des articles qui relèvent d'une grande tradition du journalisme.

Ce sont des articles très long, très documentés, qui condensent des centaines d'entretiens en quelques lignes.

Le New York Times vient de publier un tel article, The Woman Who Took the Fall for JPMorgan Chase (Eng) sur Ina Drew, la star de la banque qui a managé le Français Bruno Iksil.

Autre lien d'un autre style, le désormais fameux Baromètre MeilleursAgents.com pour le mois de septembre 2012. Encore un mois morose...

Autre information, ce soir à 2h30 du matin, aura lieu aux Etats-Unis le premier débat Obama-Romney. A suivre, donc...

Bonne soirée.


Newsletter

Vous voulez suivre ce blog ?

Saisissez votre adresse email :

Flux RSS