baniere

lundi 13 août 2012

Les taux négatifs: une explication

Taux négatifs
(c)http://www.bathantiquesonline.com

Prêtez 10 euros, on vous rendra 9.995 € 6 mois plus tard...

Les Echos viennent de publier un article sur des taux négatifs record offert à l’Allemagne.
Cette fois ci , le taux est de -0.05 % pour une obligation de maturité 6 mois.

Ces taux n'ont bien sur aucune justification économique.

Si les banques s'aventurent dans ce sens, c'est parce qu'elle y sont contraintes par la jurisprudence de Bâle III. Quelques éclaircissements:

Bale I et le ratio de Cook.


Le comité de Bâle I, en 1988, est le premier a fixer des ratios de solvabilité pour les banques. Un ratio de solvabilité doit permettre de mesurer la capacité de la banque à rembourser ses dettes. Il mesure la solidité de la banque, et la sécurité des dépôts qui lui sont confiés, notamment en cas de défaut.

Dans cette première réunion de Bale I, Peter Cooke, un ex-directeur de la banque d’Angleterre, propose une méthode mesure de la solidité de la banque basée sur les actifs présents dans son bilan.

Par exemple, le cash et l'or ne sont pas émis par des organismes financiers, ils ne peuvent être victime d'un défaut.  Par contre, une obligation émise par une entreprise est porteuse d'un risque. Ce risque, c'est que la société fasse défaut et ne soit plus en mesure de rembourser son prêt.

Or pour faire face à un défaut, la banque peut faire appel à son capital propre pour compenser la perte. Le montant de capital nécessaire pour compenser d’éventuelles pertes est nul pour le cash et l'or. Mais il n'est pas négligeable dans le cas d'une obligation du secteur privé.

Peter Cooke propose un tableau d’évaluation. Pour chaque classe d'actif, il propose de définir une quantité de capital propre, proportionnelle à la valeur de l'actif, pour le 'garantir':

0% - cash, dette de banques centrale et dettes de pays de l'OCDE
0%, 10%, 20% or 50% - Dettes publiques
20% - dettes des banques de l'OCDE
50% - Prêt immobiliers
100% -Dettes du secteur privées



Bale II et le rating


Grâce à ces pondérations, il est possible de calculer le ratio de solvabilité. Plus ce ratio est élevé, plus la banque est solide. Bâle II et III donnent des objectifs pour ces ratios. Ils doivent être supérieurs à 8%.

Bale II affine les règles de Bâle I en considérant le rating associés aux actifs de la banque:


Vous noterez que la dette AAA ou AA- est pondérée à 0. A l’exclusion de tout autre dette, seule la dette AAA ne requiert aucune forme de capital pour la garantir. Si vous augmentez la part de dette AAA que vous détenez, vous baissez automatiquement la quantité de capital nécessaire pour garantir et même augmenter les ratios de solvabilité.

Pour ce service, les banques ont non seulement abandonné tout espoir de voir leur investissement leur rapporter, mais elles sont aussi prêtes à payer !

Les taux sont négatifs car la dette de l’Allemagne bénéficie du tampon AAA qui devient de plus en plus rare.

Résultat ? Nous avons des banques qui font des placements ubuesque pour satisfaire des régulateurs bornés. Quel est le sens de tout ça ? Personnellement, je n'en vois pas....

1 commentaire:

Newsletter

Vous voulez suivre ce blog ?

Saisissez votre adresse email :

Flux RSS