lundi 20 août 2012

Vacances

Blogging interrompu pour cause de départ en vacances à Naples. Reprise prévue à la rentrée!


Et voici une photo de Capri, jacuzzi sur la terrasse de l'hotel:

Capri - Jacuzzi

lundi 13 août 2012

Les taux négatifs: une explication

Taux négatifs
(c)http://www.bathantiquesonline.com

Prêtez 10 euros, on vous rendra 9.995 € 6 mois plus tard...

Les Echos viennent de publier un article sur des taux négatifs record offert à l’Allemagne.
Cette fois ci , le taux est de -0.05 % pour une obligation de maturité 6 mois.

Ces taux n'ont bien sur aucune justification économique.

Si les banques s'aventurent dans ce sens, c'est parce qu'elle y sont contraintes par la jurisprudence de Bâle III. Quelques éclaircissements:

Bale I et le ratio de Cook.


Le comité de Bâle I, en 1988, est le premier a fixer des ratios de solvabilité pour les banques. Un ratio de solvabilité doit permettre de mesurer la capacité de la banque à rembourser ses dettes. Il mesure la solidité de la banque, et la sécurité des dépôts qui lui sont confiés, notamment en cas de défaut.

Dans cette première réunion de Bale I, Peter Cooke, un ex-directeur de la banque d’Angleterre, propose une méthode mesure de la solidité de la banque basée sur les actifs présents dans son bilan.

Par exemple, le cash et l'or ne sont pas émis par des organismes financiers, ils ne peuvent être victime d'un défaut.  Par contre, une obligation émise par une entreprise est porteuse d'un risque. Ce risque, c'est que la société fasse défaut et ne soit plus en mesure de rembourser son prêt.

Or pour faire face à un défaut, la banque peut faire appel à son capital propre pour compenser la perte. Le montant de capital nécessaire pour compenser d’éventuelles pertes est nul pour le cash et l'or. Mais il n'est pas négligeable dans le cas d'une obligation du secteur privé.

Peter Cooke propose un tableau d’évaluation. Pour chaque classe d'actif, il propose de définir une quantité de capital propre, proportionnelle à la valeur de l'actif, pour le 'garantir':

0% - cash, dette de banques centrale et dettes de pays de l'OCDE
0%, 10%, 20% or 50% - Dettes publiques
20% - dettes des banques de l'OCDE
50% - Prêt immobiliers
100% -Dettes du secteur privées



Bale II et le rating


Grâce à ces pondérations, il est possible de calculer le ratio de solvabilité. Plus ce ratio est élevé, plus la banque est solide. Bâle II et III donnent des objectifs pour ces ratios. Ils doivent être supérieurs à 8%.

Bale II affine les règles de Bâle I en considérant le rating associés aux actifs de la banque:


Vous noterez que la dette AAA ou AA- est pondérée à 0. A l’exclusion de tout autre dette, seule la dette AAA ne requiert aucune forme de capital pour la garantir. Si vous augmentez la part de dette AAA que vous détenez, vous baissez automatiquement la quantité de capital nécessaire pour garantir et même augmenter les ratios de solvabilité.

Pour ce service, les banques ont non seulement abandonné tout espoir de voir leur investissement leur rapporter, mais elles sont aussi prêtes à payer !

Les taux sont négatifs car la dette de l’Allemagne bénéficie du tampon AAA qui devient de plus en plus rare.

Résultat ? Nous avons des banques qui font des placements ubuesque pour satisfaire des régulateurs bornés. Quel est le sens de tout ça ? Personnellement, je n'en vois pas....

dimanche 12 août 2012

Lien: Baromètre MeilleursAgents.com pour le mois de Juin 2012

vu sur le web
Pour illustrer mon article précédent par un exemple plus concret, je vous invite à regarder le nouveau baromètre meilleursagents.com.











La section sur le crédit est particulièrement instructive:
La production de nouveaux crédits immobiliers a baissé de plus d’un tiers au cours du premier semestre sous la pression de règles d’octroi extrêmement difficiles.
Bonne fin de week-end.

samedi 11 août 2012

Hyman minksy aura son moment

Hyman Minsky
J'écris ce post car un certain nombres d'éléments viennent de faire clic dans mon esprit. Le déclencheur a été cet article de LaTribune.fr sur la dictature des ratios d’endettement.

Cet article fait aussi suite à ma discussion avec mon collègue blogueur Medhi du blog alphapourtous suite à mon intention de me pencher un peu plus sur le marché de l'immobilier, mais nous y reviendrons...

Que dit cet article de LaTribune ? En gros, il donne la voix à un ensemble de dirigeants d'entreprise, et notamment de foncières cotées, qui se plaignent de la difficulté d'obtenir des crédits pour financer leur  croissance.

Cet article m'a causé une grande perplexité, en même temps qu'il m'évoquait beaucoup de choses. 

Tout  d'abord, j'ai pensé au fameux Minsky Moment qu'on associe aux idées de l'économiste Hyman Minsky (même si l'expression n'est pas de lui).  J'ai aussi pensé à l'analyse de Paul Krugman sur la crise de la dette actuelle.

jeudi 9 août 2012

A la recherche du bien parfait

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.

Si vous avez déjà lu ce blog, vous savez que je ne suis pas optimiste pour les prix de l'immobilier.

Néanmoins, au vu des succès que certains autres investisseurs continuent d'avoir sur le marché actuel, je garde le marché sous observation.

99% des annonces immobilières en région parisienne sont hallucinantes. Il faut se focaliser sur les 1 % qui peuvent présenter un intérêt. Pour ce faire, il va falloir chercher loin, voire même très loin pour trouver des rendements intéressants.

Pour l'instant, je regarde les frontières du 77. Peut-être peut-on encore y trouver de bonnes affaires. Et dans le pire des cas, si je ne trouve rien, j'irais me balader en forêt de Fontainebleau....




mercredi 8 août 2012

La saison des resultats vient de commencer

Bourse - benefices

Les grands groupes du CAC40 viennent de publier leur résultats semestriels.

Les Echos viennent de publier un tableau récapitulatifs des résultats semestriels des grands groupes Français. Voici un lien vers l'intégralité de l'article.

Première réaction: l'effondrement attendu des bénéfices des grands groupes français ne s'est pas produit. Alors que les cours ont stagné depuis le début de l'année et sont restés à des niveaux de valorisation de crises, les bénéfices eux se sont maintenus, et sont même en hausse pour certains.

Cette situation est a même de susciter un optimisme modéré, car alors que la valorisation des actions américaines a considérablement augmentée, celle des actions européennes est restée collée au plancher depuis le début de la crise des dettes souveraines.

Une valorisation attrayante.


Cette optimisme est alimenté par le fait que les valorisation du CAC 40 sont de plus en plus attractives. Pour mesurer cela, nous allons étudier le Price-Earning ratio (PER ou PE) au cours de la décennie écoulée.

Le PE est une indication de la cherté  relative des actions. Un PE bas indique que la société est relativement sous évaluée, un PE haut signifie que cette entreprise est relativement sur-évaluée.

Si les prix ne reflètent pas le niveau des bénéfices, et que le PE est bas, alors il faut acheter, car le rendement des dividendes suis une loi inverse du PE. Quand les PE sont bas, les rendements des actions sont haut.

On peut calculer un PE agrégé (Aggregate PE) qui reflète le PE de l'ensemble des titres du marché. Dans les périodes de flambé boursière, comme en 2001, le PE monte très sensiblement. Pendant les crises, le PE a tendance à baisser, ce qui reflète le pessimisme des acteurs du marché. 

Il faut noter qu'une baisse des bénéfices se traduit aussi par une hausse du PE, qui n'est pas forcément immédiatement reportée sur les prix.

Albatros capital met a disposition sur son site un outil permettant de mesurer le PE agrégé.

PE - Price Earnings CAC 40

Depuis 9 ans, on observe une baisse modérée, mais relativement significative du PE agrégé du CAC 40. Durant cette période il est passé de 14.73 à 10.34, ce qui indique que les niveaux de prix actuels sont plus attrayants qu'ils ne l’étaient auparavant.

De manière générale, je maintiens que la période actuelle est plus propice à un investissement dans les actions que dans l'immobilier. Et vous, qu'en pensez-vous ?

NOTE: BNPA veut dire Bénéfice Net Par Action.

vendredi 3 août 2012

La fin des actions: le retour du debat.

World Wide Web

La fin des actions


Tous les commentateurs en ce moment, ont tiré leur boule de cristal pour prédire l'avenir des marchés actions: Est-ce que les rendements exceptionnels des actions sur le siècle passé se reproduiront pour le siècle à venir ?




Les universitaires ne s'aventurent pas dans ce jeu de prédiction. Tout juste notent-ils l’existence par le passé d'un phénomène qu'ils appellent l'equity premium. Le plus grand livre sur ce sujet s'appelle Triumph of the Optimists.

Néanmoins, récemment, la thèse d'un affaissement des rendements des actions à refait surface. J'en avais déjà parlé dans ce post. Depuis, cette thése vient de gagner un supporter ayant une certaine célébrité:

Bill Gross, le président de PIMCO, le plus grand fond obligataire mondial, lui aussi s'y est mis. Il prétend que plus rien ne justifie l'investissement dans les actions. Il s'en justifie dans cet entretien intitulé Death of Equities Is Imminent.

Brendan O'boyle dans un article publié par Seeking Alpha, lui répond:  The Death Of Equities? Hardly, Mr. Gross.

Clairement, je souscris plus à l'analyse de M. Boyle qu'a celle de M. Gross...

jeudi 2 août 2012

Accéder au crédit: Le crédit Lombard.

Effet de levier du crédt

Accéder à l'effet de levier.


Je me suis déjà exprimé sur les bénéfices de l'effet de levier. Il s'agit la d'un outil patrimonial essentiel.

En temps normal, la plupart des particuliers accèdent à l'effet de levier en investissant dans l'immobilier. Mais avec la hausse soutenu des prix de l'immobilier, on observe une baisse des rendements qui rends de plus en plus difficile l'investissement locatif, sans parler du risque de moins valus. Je me refuse donc à souscrire un crédit immobilier pour de l'immobilier physique ou des SCPI...

Dans ce cadre, il parait difficile de souscrire un crédit, sauf à aller taper dans les crédits à la consommation. Pourtant avec les taux bas de la BCE s'endetter n' jamais été aussi tentant. Pour résoudre ce problème, je suis en train d'investiguer un nouveau moyen de profiter de ces taux: Le crédit lombard.

mercredi 1 août 2012

Statistiques du blog pour le mois de Juillet 2012

statistiques blog












Statistiques du blog pour le mois de juillet 2012

Comme prévu, le mois de juillet a été très tranquille, avec une activité plutôt réduite de ma part, et un trafic calme.

La bonne nouvelle, c'est que les moteurs de recherche semblent mieux me référencer désormais. Ils comptent pour 11% de mon trafic. Ce qui reste très peu, sachant que mes collègues blogueurs parlent de 50% de leur trafic... Encore en sandbox donc.

Parmi mes amis blogueurs, voici les 5 blogueurs qui ont le plus contribué à mon activité:

Newsletter

Vous voulez suivre ce blog ?

Saisissez votre adresse email :

Flux RSS