baniere

lundi 4 juin 2012

Encadrement des loyers

Blocage des loyers: actions et réactions


Rappelons que les hausses de loyer pour un locataire en place, sont elles aussi encadrées par l'état suivant l'indice de référence des loyers.

Ces déclarations ont suscité de vives réactions auprès de l'UMP , et notamment de François Fillon, qui a déclaré: "Encadrer les loyers, ça veut dire qu'il n'y a plus aucun investissement immobilier". 

Il a poursuivi en affirmant que "Dans un pays où il y a une crise du logement, ce qu'il faut, c'est construire des logements. Qui va construire des logements si les loyers sont encadrés ? Il y a des gens qui vont construire des logements pour le plaisir de le faire ?"

Pour finalement déclarer: "La vie, c'est l'offre et la demande. Si vous n'avez pas de logements, les loyers sont élevés ; s'il y a des logements, les loyers le sont moins. Quand la gauche était au pouvoir entre 1997 et 2002, on construisait deux fois moins de logements qu'aujourd'hui"


Mon point de vue


A titre personnel, je suis propriétaire d'un logement que je loue dans le 12eme a Paris. Je pense le louer au bon prix, 22 m2, 760 euros + charges. J'ai acheté ce logement en 2006, alors que les prix avaient déjà bien augmenté. Je l'ai payé au prix du marché, mais j'ai du entreprendre pour 26000 euros de travaux.

Pourtant, je ne me place pas dans ce débat comme un propriétaire. Certes, il ne me déplairait pas de percevoir plus de revenus locatifs, mais j'estime avoir ma part du gâteau, et mon locataire n'est pas à plaindre non plus.

Par contre, je me place comme un futur investisseur sur le marché immobilier. Je vais devoir bientôt d'acheter ma résidence principale, et je souhaite le faire au meilleur prix. Pas question de revendre mon bien, ce serai un suicide fiscal.

Or si les prix ont tellement augmenté, c'est bien parce que beaucoup d'intervenants plus âgés ont fait le choix de l'investissement locatif. En région parisienne, ils saturent le marché et tirent les prix vers la hausse. 

Bloquer les loyers, taxer la revente, c'est s'assurer que ce type d'investisseurs quittent le marché. En bloquant les loyers, on met un terme à la hausse de l'immobilier dans les centres villes.

L'impact sur les locataires


D'abord, contrairement aux propos de Monsieur Fillon, les gens ne construisent pas de loyers "pour le plaisir de la faire", pas plus qu'ils ne le font par souci de leur prochain, ils le font pour l'argent.

Et il y a encore beaucoup d'argent à se faire. Car, si les prix de l'immobilier ont monté, ceux de la construction sont restés bien sages (source CGEDD). Dans tous les programmes immobiliers actuellement, c'est le coût du terrain qui impacte les prix et pas la construction. Les promoteurs immobiliers pourront toujours construire quand les prix des terrains auront baissé. 

Et quand les prix auront baissés, certains locataires pourront à nouveau devenir propriétaires. Il est anormal que les primo-accedants le restent aussi longtemps.

Pour faire simple, le contrôle des loyers, va faire baisser la demande, pas l'offre. Une fois libéré des investisseurs, le marché peut s'ouvrir primo-accédants.

Quant aux personnes qui sont trop pauvres pour accéder à la propriété, et il y en a qui sont d'honnêtes gens, rappelons que c'est l'état qui est censé mener une politique de logements sociaux.

La perspective pour le futur


Les mesures fiscales vont avoir pour effet de faire baisser les prix de l'immobilier, ce qui permettra de lever de nouvelles opportunités pour les gens cherchant de bonnes affaires. Il est temps de clore le chapitre de la bulle immobilière.


4 commentaires:

  1. très juste. Beaucoup déclarent que les investisseurs vont fuir le marché locatif. Ce n'est effectivement pas une grande perte. Le problème actuel est qu'il y a beaucoup d'argent en circulation et beaucoup d'investisseurs soucieux de faire fructifier une épargne souvent acquise un peu trop facilement (du temps ou on empruntait sur le dos des générations futures pour enrichir des clientèles électorales). Ces investisseurs ont fait monter les prix ces dernières années, excluant les primos accédant du marché. Ils vont enfin pouvoir revenir sur le marché du neuf, qui n'aurait jamais du cesser d'être un marché de logement pour des gens qui achètent pour se loger eux-mêmes.

    RépondreSupprimer
  2. Je partage ton point de vue à 100%, j'apprécie surtout lorsque les propriétaires / investisseurs comme toi puissent avoir cette orientation et cette vision.

    Dans la vie faire de l'argent pour faire de l'argent n'a pas de sens. Effectivement comme tu le soulignes il y a déjà un encadrement des loyers, ce que le nouveau gouvernement souhaite éviter c’est l’envolée des prix de la relocation à Paris.

    Les prix ont augmenté de 40% en 2 ans (moyenne) les propriétaires sont aujourd’hui tentés d’augmenter les prix de leurs loyers lors du changement de locataire. Ce qui ne sera plus possible et cela évite toute surchauffe inutile pour ce secteur.

    RépondreSupprimer
  3. Oui je pense qu'il ne sert à rien de maintenir les prix aussi hauts avec des cadeaux fiscaux. Il faut laisser la bulle se dégonfler tranquillement. Ca va assainir le marché.

    RépondreSupprimer
  4. C'est aussi ce que je pense.
    Vivement la fin de la bulle immobilière, afin que l'argent qui y est inutilement thésaurisé puisse à nouveau inonder des secteurs plus productifs de l'économie française!

    RépondreSupprimer

Newsletter

Vous voulez suivre ce blog ?

Saisissez votre adresse email :

Flux RSS